• Chapitre 7

    Je reste donc seule avec Lucy.

    -      -    Elle ne pensait pas à mal, tu sais c’est maman, elle s’emporte pour rien, même si je dois avouer qu’elle y est allée vraiment fort et qu’elle n’avait pas à dire ça.

    -      -    Tu ne l’aimais pas ?

    -      -    Désolée mais non, pas tellement. Après je respectais ton choix ! Pourquoi il est parti ?

    -      -    Je ne sais même pas… Il m’a dit qu’on avait changé, qu’on ne se voyait plus, enfin des conneries comme ça…

    -      -    Salut ! Oh, bonsoir Lana.

    Je me retourne et vois Louis. Super. Moi qui comptais passer un peu de temps tranquille avec ma sœur.

    -      -    Je ne savais pas que tu serais là ce soir.

    -      -    C’est moi qui lui ai proposé, ça ne va pas trop avec notre mère.

    -      -    Ah oui. C’est vrai. Tu as besoin d’aide pour le diner ?

    -      -    Non, je te remercie.

    -      -    Masaki rentre à quelle heure déjà ?

    -      -    Vers 20h je crois, il fait des heures supplémentaires depuis une semaine pour avoir sa journée de libre demain.

    -      -    Ok.

    -      -    Je vais à la douche, Lana demande à Louis si tu as besoin de quelque chose.

    -      -    Merci, souris-je. Je crois que je vais me faire un thé.

    -      -    Tout est dans la cuisine ! dit-elle avant de monter les escaliers.

    Je vais donc dans la cuisine et fais chauffer de l’eau. Mais je sens une présence derrière moi. Je me retourne et croise le regard pétillant de Louis, accoudé au plan de travail.

    -      -    Ça va mieux qu’hier soir ?

    -      -    Oui, merci.

    -      -    Je suis désolé, mais j’ai entendu votre conversation. C’est vraiment un connard.

    -      -    Tu n’as pas à… Laisse tomber.

    -      -    Si tu le dis.

    Il se tait, mais j’entends ses pas s’approcher de moi. Ses mains se posent sur mes hanches.

    -      -    Lâche-moi, dis-je simplement.

    -      -    Arrête.

    -      -    Quoi ?

    -      -    De te mentir à toi-même.

    -      -    Enlève tes sales pattes de moi ! criais-je en me retournant pour lui faire face.

    -      -    T’es sexy quand tu t’énerves.

    A ces mots, il plante ses lèvres sur les miennes, comme ça, sans préambule. Je suis tellement prise de court que j’en oublie de fermer les yeux. Après quelques secondes, je le repousse violemment, la bouche ouverte, choquée. Il affiche un merveilleux sourire triomphant.

    -      -    Ne t’avise plus jamais de recommencer ça, dis-je sèchement.

    Je verse l’eau dans ma tasse et retourne au salon pour boire mon thé. Il me suit et s’installe sur le canapé. Je me retourne pour ne pas le voir. Lucy descend quelques minutes plus tard, en jogging.

    -      -    Ça va Lana ? Je t’ai entendu crier !

    -      -    Oui, ça va ne t’inquiète pas c’est… Je me suis brûlée en versant l’eau et… Je suis maladroite, tu le sais bien !

    -      -    Tu ne changeras jamais je crois ! rigole-t-elle.

    Je souris. On discute un peu toutes les deux. Ça fait du bien. C’est un peu comme avant quand elle rentrait les week-ends et qu’on discutait des heures dans la salle de bain. Nos réunions salle de bain, comme on les appelait… Elles me manquent ces réunions. Ma sœur me manque. C’est pour ça qu’en plein milieu d’une phrase, je me suis jetée dans ses bras pour la serrer fort contre moi. Elle n’a pas mis longtemps à faire de même.

    -      -    Tu me manques, murmurais-je.

    -      -    Toi aussi…

    Elle a dû être surprise parce que je ne suis pas démonstrative d’habitude, ni tactile non plus. Mais là, j’en ai vraiment besoin. On reste un grand moment comme ça, sans parler. Mais la porte s’ouvre et je me détache d’elle pour qu’elle aille accueillir son futur mari. Nous passons ensuite tous à table et je vais prendre une douche. Lucy me prête un pyjama et je vais me coucher. Alors que je suis dans le couloir, je croise Louis.

    -      -    Bonne nuit Lana. Et au fait, j’ai trouvé ça… Amusant que tu m’ais couvert, dit-il avec un clin d’œil.

    Je me dépêche de rentrer dans la chambre et je me laisse glisser contre la porte. Pourquoi mon cœur s’est mis à battre à deux cent à l’heure ? Je me relève et vais me coucher. Je m’allonge sur le dos, fixant le plafond. C’est vrai, pourquoi est-ce que je l’ai couvert ? Est-ce que j’ai apprécié ce baiser ? Je ne sais pas … Tout s’est passé si vite mais… Jamais personne ne m’avait embrassé comme ça, sans préambule, si violemment et si… Oui, en fait je crois que ça m’a plu. Vraiment plu, même. Mais c’est pas possible ! Je me tourne sur le côté et ferme les yeux, bien décidée à dormir. Mais je n’y arrive pas, je n’arrête pas d’y penser… Il faut que je lui parle, que je lui demande pourquoi il a fait ça. J’enfile ma veste et je descends le moins bruyamment possible les escaliers. Je vais au salon.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Mai 2016 à 09:41

    C'est très intéressant comme fiction je dois dire, si tu écris la suite un jour, je serais ravie de la lire :) 

      • Vendredi 27 Mai 2016 à 18:29

        Merci !! 

        A vrai dire, la suite est déjà en partie écrite, la fin aussi, ne manque plus que le milieu ! En réalité, j'aime bien écrire la fin avant, comme ça je me fixe un objectif, que je peux toujours modifier au fil de mon inspiration mais au moins ça me fait une sorte de fil directeur, je peux faire des allusions à la fin tout le long de l'histoire ;) 

        Je posterais la suite dans quelques temps si ça t'intéresse mais c'est vrai que ces temps-ci je suis plutôt concentrée sur Charlie parce que c'est celle pour laquelle j'ai le plus d'idées pour l'instant mais j'y reviendrais, j'ai toujours des périodes comme ça :p

        Xx

      • Vendredi 27 Mai 2016 à 18:40
        Mais de rien, aaaah génial alors, j'ai juwte hâte! !!

        Je te comprends, je suis comme ça moi aussi prends le temps qu'il faut xD
    2
    Dimanche 29 Mai 2016 à 22:04

    Je viens de lire ces 7 chapitres, et je n'ai qu'un mot à dire : respect. Vraiment j'ai été à fond du début à la fin. Tu as une manière de tenir en haleine le lecteur, c'est formidable. Tu as un réel talent. Je te félicite sincèrement.

    C'est avec plaisir que je lirai la suite ;)

      • Dimanche 29 Mai 2016 à 22:11

        Merci ... Merci beaucoup... 

        Je ne pense pas que j'ai un talent quelconque, on va dire que j'exprime juste une partie de ma personnalité dans chacune de mes fictions, en améliorant ou en empirant la vérite... 

        Encore merci, tu as illuminé ma soirée, tu ne sais pas à quel point.

        Xx

      • Dimanche 29 Mai 2016 à 22:14

        Je veux bien illuminer tes soirées plus souvent, pour ressentir à travers tes mots un sourire et un sentiment apaisé.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :