•      Ce soir, ce sont les vacances. Je n’ai pas envie de rentrer chez moi. Mon père n’est pas là, et ma mère va rentrer tard. Il fait noir et froid en plus. Je m’apprête à partir quand j’entends quelqu’un crier.

    -      -    Van Caeneghem !

    Je me retourne et je le vois courir vers moi.

    -      -    Oui Parker ? dis-je quand il arriva à ma hauteur.

    -      -    Je voulais juste te souhaiter de bonnes vacances !

    -      -    Merci, toi aussi, dis-je en le serrant dans mes bras.

    A ce moment-là, je me suis rendue compte que c’était la première fois qu’on se faisait un câlin. Il eut un instant d’hésitation avant de me serrer à son tour contre lui.

    -      -    Tu vas rentrer ? me demande-t-il, alors que nous sommes toujours l’un contre l’autre, son menton posé sur le sommet de mon crâne.

    -      -    Oui, mais je n’ai pas trop envie. Mon père n’est pas là et ma mère va rentrer tard…

    -      -    Tu veux passer la soirée chez moi ?

    -      -    Euh… Je… Je ne sais pas…

    -      -    Pas longtemps, juste pour que tu ne sois pas toute seule !

    -      -    D’accord, si ça ne te dérange pas !

    -      -    Si je te le propose banane !

    -      -    Merci beaucoup Alex.

    -      -    De rien Van Caeneghem. Aller, en avant !

    Il me prend par l’épaule et on va jusqu’au métro. Je n'aime vraiment pas ça ! Surtout la nuit. Je me serre contre Alex, presque inconsciemment. Une fois sortis de cet engin de malheur, enfin, on marche quelques minutes pour arriver chez lui. Il habite dans un immeuble, au rez-de-chaussée mais c’est très bien sécurisé. Il tape son code, et me fait entrer. Il ouvre ensuite la porte de son appart et on entre.

    -      -    Voilà mon petit chez moi ! Installe-toi, je t'en prie !

    -      -    Merci beaucoup.

    Je pose mes chaussures dans l’entrée, puis je vais m’asseoir sur le canapé. Il vient me rejoindre après avec rangé quelques affaires qui trainaient dans le salon.

    -      -    Désolé, je pensais pas que quelqu’un viendrait…

    -      -    Ne t’inquiète pas.

    -      -    Bah installe-toi, fais comme chez toi.

    -      -    Merci, dis-je en posant mon sac sur la table.

    J’observe un peu autour de moi. Il a un très joli petit appart.

    -      -    Tu veux quelque chose ?

    -      -    Je veux bien un verre d’eau s’il te plait.

    Je m’assois sur le canapé et il me sert un verre. Il s’assoit à côté de moi.

    -      -    Alors, tu veux faire quoi ?

    -      -    Ce que tu veux !

    -      -    Film ?

    -      -    Pourquoi pas !

    -      -    Tu aimes quoi ?

    -      -    Un peu tout ! Je te laisse choisir !

    -      -    Ok, tu as vu The Great Gatsby ?

    -      -    Non, jamais !

    -      -    Ça te dit ?

    -      -    Aller !

    On va s’installer sur son lit dans sa chambre sous une couverture et on regarde le film. Il est génial, franchement, j’ai adoré. Comme il est 19h quand le film se termine, Alex me propose de rester diner, ce que j’accepte avec plaisir. On cuisine tous les deux. Et c’est à ce moment-là que je me rends compte de ces piètres talents de cuisinier.

    -     -     Tu te fais à manger tous les jours ?

    -     -     Euh ouais… Enfin la plupart du temps, je commande des sushis, ou des pizzas, ou indien ou… Enfin voilà quoi, rigole-t-il.

    -     -     Oh mon dieu… Mon pauvre garçon !

    -     -     Ouais bah moi je passe pas autant de temps que toi dans la cuisine ! C’est pas une passion pour moi, c’est un moyen de survie !

    -     -     Je vois ça oui...

    Je lui cuisine donc un risotto, simple, rapide, mais bon.

    -     -     Oh putain Van Caeneghem c’est trop bon !

    -     -     Merci Parker, mais tu sais que je m’inquiète sérieusement pour ton régime alimentaire ?

    -     -     Oh tu sais, dit-il en faisant semblant de pleurer. C’est pas grave… Je vais bientôt mourir de faim…

    -     -     Pauvre choupinet !

    On finit de manger et on débarrasse.

    -     -     Il faudrait peut-être que je pense à rentrer... dis-je sans grande conviction.

    -     -     Je te raccompagne.

    -     -     Non c’est bon, ne te dérange pas !

    -     -     Non mais c’était pas une question en fait ! Il est presque 21h, tu vas pas toute seule dans les rues c’est tout !

    -     -     C’est vraiment gentil Parker.

    -     -     C’est normal. Aller, go !

    Je remets mes chaussures et prends mon sac. Il enfile une veste, attrape ses clés et passe son bras autour de mes épaules pour refermer derrière moi. On fait la route, emmitouflés dans nos manteaux. Une fois chez moi, il m’embrasse sur la joue.

    -     -     Bonne vacances Charlie.

    -     -     Merci, toi aussi Alex. Et merci encore de m’avoir ramenée.

    -     -     C’est normal arrête.

    -     -     Mh.

    Il fixe chacun de mes yeux quelques instants, m’accorde un sourire et s’en va, les mains dans les poches. Je le regarde partir avant de rentrer chez moi. Ma mère est sur le canapé.

    -     -     Charlie ! Mon Dieu où étais-tu ?!

    -     -     Désolée maman ! dis-je en la recevant dans mes bras. J’ai passé la soirée chez Alex, je croyais que tu rentrerais plus tard !

    -     -     Alex ?

    -     -     Oui, dis-je en souriant et en détournant la tête.

     

    Un immense sourire illumine son visage. Elle m’embrasse sur la joue. Je monte dans ma chambre et m’étale sur mon lit. Je fais mes devoirs puis je m’assois à mon bureau. Noël est dans 5 jours, je pars dans 6 jours en Belgique pour passer une semaine chez ma grand-mère pour les fêtes. 


    1 commentaire
  •    Nous sommes le matin de Noël. Comme chaque année, je vais chercher la dinde au magasin au coin de la rue. Mais avant, je vais chez Alex. Je sonne. Il vient m’ouvrir, torse nu, un jogging tombant sur ses hanches, ses cheveux encore plus décoiffés que d’habitude, de petits yeux. Il se gratte la nuque en s’étirant.

    -      -    Salut, me sourit-il.

    Je beugue quelques instants. Je ne sais pas, ça fait… Bizarre de le voir comme ça.

    -      -    Ça va Van Caeneghem ?

    -      -    Quoi ?! Oui, oui et toi ?

    -      -    Super mais… Qu’est-ce que tu fais ici ? rigole-t-il.

    -      -    Ce que je fais là ? Euh… Ah oui ! Tiens ! Joyeux Noël ! dis-je en lui tendant un sac.

    -      -    T’es folle ! Fallait rien m’offrir ! Bah restes pas là, entres ! dit-il en se décalant.

    Je rentre et m’assois sur le canapé. Il ouvre le sac  et sourit. Il sort l’écharpe et l’entoure autour de son cou. Il enfile ensuite son bonnet sur ses cheveux ébouriffés.

    -      -    Tu es trop mignonne Cha, il fallait rien me faire, c’est trop beau merci, merci.

    Il vient me prendre dans ses bras. Je ressens un frisson lorsque mes mains se posent sur sa peau nue.

    -      -    Merci, me murmure-t-il.

    Après un long câlin, il s’écarte un peu. Une mine un peu triste s’installe sur son visage.

    -      -    Ça ne te plaît ?

    -      -    Si, bien sûr, tu es folle ! c’est juste que… Je n’ai rien à t’offrir en retour…

    -      -    Mais enfin, Alex ! Je n’attends rien en retour ! Je veux seulement te faire plaisir…

    -      -    Et c’est réussi, sourit-il.

    -      -    Je suis contente alors ! Par contre je ne peux pas rester longtemps, j’ai la dinde à récupérer et je dois faire ma valise.

    -      -    Ta valise ?

    -      -    Oui je ne t’ai pas dit ?

    -      -    Non !

    -      -    Je pars ce soir pour une semaine en Belgique voir ma grand-mère, je ne la vois pas souvent donc on y va tous les ans pour les fêtes.

    -      -    Ok.

    Je reste quelques minutes puis je m’en vais après lui avoir dit au revoir. La semaine chez ma mamie s’est très bien passée, j’ai revu une partie de ma famille. Ça me fait du bien de les voir. Puis on rentre le 2 janvier. Alors que je viens juste de rentrer, je ressors aussitôt pour aller chez Alex. Il m’ouvre, torse nu, en jogging, avec une petite mine.

    -      -    Bonne année !

    -      -    Merci, bonne année à toi aussi Charlie.

    -      -    Ça va ?

    -      -    Oui, oui, j’ai juste fêté ça avec mes potes et je m’en remets pas trop !

    -      -    Tu as besoin d’un petit remontant. Va te recoucher, je vais te faire des gâteaux.

    -      -    Tu me prends par les sentiments là ! Entre.

    -      -    Merci !

    Je pose mes chaussures, ma veste et mon écharpe et je vais dans la cuisine. Je commence à ouvrir tous les placards pour trouver ce que je veux. Bon, comme il n’a pas grand-chose, un mugcake à la cannelle devrait aller. Alors que je remue la pâte, je sens deux bras s’enrouler autour de mes épaules. Je me redresse et lâche ce que j’avais dans les mains. Il pose son menton sur le sommet de mon crâne.

    -      -    Tu m’as manqué pendant une semaine, me chuchote-t-il. Attend.

    Il va dans sa chambre et me laisse là, dubitative. Il revient avec un sac.

    -      -    Bon, désolé, comme mon niveau d’empaquetage de cadeau est encore plus bas que celui en cuisine, je me suis dit qu’il fallait mieux que j’évite. Donc joyeux Noël en retard.

    Il me tend le sac. Je l’ouvre et découvre une boite en carton. Je la retourne et vois que c’est un téléphone, un iPhone. Je le lâche et porte mes mains à ma bouche pour étouffer mon cri. Je lève les yeux vers Alex et laisse couler mes larmes.

    -      -    Hey ! Van Caeneghem ! Qu’est-ce qu’il t’arrive ? dit-il en venant me prendre dans ses bras. Je suis désolé. Il ne te plaît pas ? On peut aller le changer si tu veux !

    Je ne peux même pas lui répondre tellement je pleure. C’est tellement… Personne ne m’a jamais offert de cadeau à part ma famille. Mais surtout… Il a dû le payer une fortune ! Pourquoi il fait ça ? Je me sens subitement bien nulle avec mon écharpe et mon bonnet.

    -      -    Charlie, dis-moi quelque chose !

    -      -    Je ne peux pas, sanglotais-je. C’est trop, je ne peux pas. Merci, merci beaucoup mais je ne peux pas accepter.

    -      -    Pourquoi ? dit-il en posant ses mains sur mes épaules pour me regarder. Tu n’as pas de téléphone, je voulais juste qu’on puisse parler en dehors de la fac.

    -      -    Mais pourquoi un téléphone qui coûte plus de 500$ ?

    -      -    Parce que j’ai un iPhone aussi et que je voulais pouvoir t’envoyer des smileys …

    -      -    Tout cet argent pour des smileys ? Mais bon Dieu Alex !

    -      -    Charlie, calme-toi d’accord ? Je ne l’ai payé que 80$ avec mes points clients, et en plus, c’est la version 4S, pas la plus neuve donc beaucoup moins chère. Ça te va ?

    -      -    Non ! Je me sens… Terriblement nulle avec mon écharpe et mon bonnet…

    -      -    Bon Dieu Charlie ! reprend-t-il. On ne va pas commencer à compter ce qu’on dépense pour l’autre ! Ton cadeau m’a fait extrêmement plaisir ok ? Et il vaut bien plus que de l’agent pour moi.

    Je ne réponds rien, fixant toujours le sol. 

    -      -    Tu veux bien accepter mon cadeau ? S’il te plait ?

    Je regarde sa petite moue et souris.

    -      -    Ok… Merci, Alex. Vraiment.

    -      -    Super ! Je suis content ! Juste, pourquoi tu n’avais pas de téléphone ? Tes parents ne voulaient pas ?

    -      -    Oh si, ils voulaient, ils me l’avaient même proposé mais… Comme je n’avais pas d’amis, je n’en voyais pas l’utilité…

    -      -    J’ai jamais compris pourquoi ! Je veux dire… T’es une fille super !

    -      -    Ce n’est pas ce que la majorité pense… Ils me trouvent tous bizarre, pas comme les autres, et j’en passe.

    -      -    Ah ouais, donc la majorité est vraiment conne. Bon, oublions ça, et allons manger ce magnifique mugcake, qui vient de déborder allégrement dans mon four à micro-ondes, devant un film ou des vidéos de chats trop mignons. D’accord ?

    -      -    Eh merde ! dis-je en ouvrant le dit four à micro-ondes et en constatant l’étendue des dégâts.

     

    Alex explose de rire. Après quelques instants, je le suis. On met le mugcake sur un plateau, deux petites cuillères, une tasse de thé et une autre de café, des bonbons, et on va dans sa chambre. Il prend son ordi et on va sur YouTube. On va de vidéo en vidéo. Qu’est-ce qu’on a pu rigoler ! D’un coup, Alex me sort :


    3 commentaires
  • D’un coup, Alex me sort :

    -      -    Si on faisait une chaine YouTube ?

    -      -    Quoi ?!

    -      -    Bah oui, ça pourrait être drôle ! On ferait genre je sais pas, des vidéos de cuisine, moi de la guitare, toi des vêtements, et puis des trucs what the fuck !

    -      -    T’es malade ! rigolais-je.

    -      -    Mais non arrête, ça pourrait être trop bien ! Réfléchis !

    -      -    Mais les gens vont nous voir…

    -      -    Et alors ? Van Caeneghem, personne qu’on ne connait ne va nous voir, surtout qu’à mon avis, on aura pas beaucoup de vues mais on s’en fout ! C’est juste pour s’amuser !

    Je reste quelques secondes silencieuse.

    -      -    C’est d’accord.

    -      -    Ok, alors on s’y met tout de suite, avec mon iPhone, comme ça tu pourras le faire chez toi. On fait une vidéo de présentation ou pas ?

    -      -    Euh je ne sais pas, comme tu veux !

    -      -    Ok, on fera ça après. On refait un mugcake ?

    -      -    Si tu veux, souris-je.

    On va dans la cuisine. On cale l’iPhone avec des livres et mon sac à main.

    -      -    T’es prête ?

    -      -    Je suis hyper stressée en fait…

    -      -    T’inquiète, fais comme s’il n’était pas là ok ?

    -      -    Ok…

    C’est parti. Au fil des minutes, je me détends. On rigole bien au final. Bon je ne parie pas sur la qualité de la vidéo, mais au moins ça aura passé le temps et on a pu manger un deuxième mugcake. Je rentre chez moi vers 18h, après qu’il m’ait expliqué comment me servir de mon téléphone. Il m’a dit qu’il allait monter la vidéo ce soir et la mettre en ligne sur la chaine qu’on a créée. Van Park. On trouvait ça classe de mixer nos deux noms de famille, et puis on n’avait pas trop d’autre idée. Je monte directement dans ma chambre puis je prends mon carnet. J’écris des idées de vidéos. Vers 20h, je reçois mon premier message. « Coucou Cha. Je viens de mettre en ligne la vidéo, regarde, c’est énorme ;) » Je prends mon ordi et vais sur YouTube. De me voir en vidéo, ça me… Je ne sais pas, je me sens bizarre. J’ai l’impression que ce n’est pas moi… Mais Alex lui, il semble tellement à l’aise… Je ferme mon ordi et m’allonge dans mon lit en serrant ma peluche contre moi. Je vais manger avec mes parents. Mon téléphone émet un bip.

    -      -    Qu’est-ce que c’est que ça ? demande ma mère.

    -      -    Alex me l’a offert pour Noël… rougis-je.

    -      -    Qui est cet Alex ? questionne mon père.

    -      -    Un ami à moi. On est dans la même Fac.

    -      -    Il fait quoi ? continue ma mère, le sourire aux lèvres.

    -      -    Il est en troisième année de Physique Chimie.

    -      -    Et on pourra le rencontrer ?

    -      -    Euh… Je… Oui, si vous voulez…

    Mes parents sourient. Ils doivent être contents que j’ai enfin un ami. Je remonte dans ma chambre et vais me coucher directement. Le lendemain, je me lève et me prépare. Mon père m’a demandé une nouvelle cravate. Alors que je m’apprêtais à la commencer, je me suis dit, mais pourquoi tu ne filmes pas ? Je me suis donc emparée de mon nouvel iPhone, je l’ai calé comme j’ai pu et j’ai commencé.

    -      -    Bonjour à tous, c’est Charlie. Aujourd’hui, une vidéo couture. En fait, mon père avait besoin d’une nouvelle cravate et j’allais commencer à la faire et je me suis dit, mais tu es bête, filme-le ! Parce qu’il ne me semble pas en avoir vu sur YouTube… Enfin bref ! Vous aurez besoin : du tissu de votre choix, d'un mètre de couturière, d'une craie ou d'un crayon de papier, et d’une machine, ainsi qu’une aiguille et du fil. Donc, on va commencer par tracer le patron, que j’ai fait il y a déjà un petit moment. Si vous voulez, je vous ferais une vidéo sur comment faire ses patrons, mais vous pouvez prendre une vieille cravate, la découdre, et retracer le patron sur du papier calque ou quelque chose comme ça. Donc, pour une cravate il vaut mieux choisir du tissu un peu épais, ou faire les pièces en double pour avoir l’épaisseur voulue. Personnellement j’ai choisi celui-ci, un bleu roi pour aller avec l’intérieur de sa veste de costume.

    Je filme ensuite de haut, toutes les étapes.

    -      -    Merci à tous d’avoir regardé cette vidéo, j’espère qu’elle vous aura aidé et plu, et je vous dis à la prochaine. Kiss.

     

    Je charge tout sur mon ordi et commence à monter, en rajoutant une voix off. Sans m’en rendre compte, j’ai aimé filmer, j’ai aimé monter, et j’y ai surtout passé tout mon après-midi. Une fois que j’ai fini, j’envoie un message à Alex pour avoir son adresse mail. Je lui envoie ensuite la vidéo. Je reçois immédiatement son appel.


    1 commentaire
  • Je reçois immédiatement son appel.

    -      -    Charlie ! Elle est trop bien ta vidéo ! Limite tu m’as donné envie de coudre, ça a l’air super simple avec toi…

    -      -    Merci beaucoup Alex… Je voulais ton avis avant de la poster.

    -      -    Vas-y ! Elle est super. Sinon, tu as vu celle d’hier ? On a déjà 100 vues !

    -      -    Non ?! C’est vrai ?

    -      -    Oui ! Je pensais vraiment pas !

    -      -    Moi non plus…

    -      -    Bon sinon ça va ?

    -      -    Oui et toi ?

    -      -    Oui !

    -      -    Mes parents veulent te rencontrer…

    -      -    Ah bon ? rigole-t-il.

    -      -    Oui… Ils veulent rencontrer le premier ami de leur fille, ils sont aux anges…

    -      -    Je les comprends. Oui bah si tu veux, tu me diras quand ?

    -      -    Ok… Mais je ne veux pas que tu te forces…

    -      -    Mais non arrête ! ça me ferait plaisir au contraire !

    -      -    Merci beaucoup… Bon, je vais te laisser.

    -      -    Ok, bisous Charlie, à plus.

    -      -    A plus…

    Je raccroche. Je poste la vidéo et je vais me coucher. Le lendemain, je vais sur YouTube. Quoi ?! 500 vues à la vidéo de la cravate et 351 pour le mugcake. Ce n’est pas possible… J’appelle Alex, surexcitée.

    -      -    Alex ! Tu as vu ? Tu as vu le nombre de vues ?!

    -      -    Bonjour Charlie, oui merci ça va et toi ? Moi aussi j’ai bien dormi jusqu’à ce que tu me réveilles, merci !

    -      -    Oh désolée… Excuse-moi…

    -      -    C’est pas grave, je rigolais Van Caeneghem ! Donc, non je n’ai pas vu !

    -      -    500, non pardon, 502 vues sur ma vidéo, et presque 400 sur la notre…

    -      -    Sérieux ? Putain ! C’est parce qu’on est trop des BG !

    -      -    Tu es bête !

    Les vacances se terminent. Nous faisons des vidéos tous les 2 jours à peu près. Nos vues sont à environ 1000 sur chaque vidéo. Le lundi, je vais en cours. Il fait tellement froid que je dois m’emmitoufler dans ma veste. Je mets ma musique et brave le froid. Lorsque j’arrive à quelques mètres de la fac, je n’ai même pas le temps de réfléchir que je me retrouve les fesses par terre.

    -      -    Aïe ! criais-je.

    -      -    Charlie ?! ça va ?

    Je tourne la tête et vois Alex arriver en courant. Il se penche et m’encercle de ses bras pour me relever.

    -      -    Rien de casser ?

    -      -    Non ça va… Il n’y a que moi pour glisser sur la seule plaque de verglas de la ville !

    Il me regarde et explose de rire. Je le frappe dans le bras en me mettant à rire à mon tour. Je le regarde ensuite. Il a mis l’écharpe et le bonnet que je lui ai fait. Je sens une douce chaleur envahir ma poitrine et un énorme sourire se placer sur mon visage.

    -      -    Au fait, j’ai pensé à quelque chose, me dit-il. Il nous faut une photo pour la chaine, on en fait une ?

    -      -    Là, tout de suite ? Juste après que je ne me sois cassée la figure ?

    -      -    Et alors ? Ce n’est pas marqué sur ta tête ! Aller, viens-là, m’ordonne-t-il en passant son bras autour de mon coude.

    Il prend son iPhone et prend une photo, puis une autre, et encore une autre. On fait des grimaces sur les dernières.

    -      -    Voilà, parfait mademoiselle ! Bon, on va en cours ? On se retrouve à 13h dans la salle ? C’est moi qui paye les boissons ! A tout à l’heure, ajoute-t-il en déposant un baiser sur ma joue.

     

    Il part en me laissant au milieu de la rue. Je secoue la tête et entre dans la cour, en faisant bien attention à ne pas glisser. Je vais ensuite en cours. A midi, je prends un sandwich que j’emmène dans la salle. Je mange distraitement en commençant ma dissertation d’anglais. D’un coup, je sursaute en criant.


    1 commentaire
  • D’un coup, je sursaute en criant.

    -      -    J’adore te faire peur, explose-t-il de rire.

    -      -    T’es pas drôle Alex, lâchais-je en reprenant mon souffle.

    -      -    Aller, Cha ! C’était une blague.

    Je lui lance un regard noir et retourne à ma copie. Mais intérieurement, je suis aux anges. Jamais personne ne m’avait donné de surnom, affectif je veux dire.

    -      -    Cha…

    Je sens ses bras enlacer ma taille et sa tête se poser dans mon cou. Il frotte sa joue contre la mienne, comme un chat.

    -      -    Arrête, rigolais-je.

    -      -    Tu vois ! Aller, tu fais quoi ?

    -      -    Dissert…

    -      -    Laisse, prends ton thé et on va discuter ok ?

    -      -    Mais il faut que je la fasse et…

    Il range mes feuilles dans mon sac et pose mon gobelet devant moi.

    -      -    Tu disais ? sourit-il.

    -      -    Que je te hais des fois !

    -      -    Je sais je sais. Sinon, t’as une idée pour la vidéo de ce week-end ?

    -      -    Non… Et toi ?

    -      -    Ouais… Je rêve d’une forêt noire. En plus j’ai des potes à la maison ce week-end, d’ailleurs tu veux venir ?

    -      -    Euh… Je ne sais pas, je ne les connais pas…

    -      -    Tu devrais venir, ils sont cool. Et puis je leur ai déjà parlé de toi, donc ils te connaissent un peu.

    -      -    Je ne sais pas…

    -      -    Comme tu voudras, mais j’aimerais bien que tu viennes en tout cas.

    -      -    Merci, souris-je timidement.

    -      -    Bon, tu voudras venir chez moi ou on va chez toi ?

    -      -    Ce serait plus pratique chez moi, je sais où est chaque chose et j’ai tout pour en faire je crois, mais après c’est comme tu veux.

    -      -    Ok, chez toi parfait. Vendredi soir ?

    -      -    Oui, mes parents rentreront tard je crois ce jour-là.

    -      -    Ils rentrent souvent tard tes parents.

    -      -    Oui, ils ont des boulots très prenant et… Je crois qu’ils n’aiment pas trop être à la maison. Je pense que c’est à cause de moi…

    -      -    Mais arrête ! dit-il en saisissant mes épaules. Pourquoi tu dis ça ?

    -      -    Je ne suis pas la fille dont ils ont rêvée, souris-je tristement. Regarde-moi. Je n’ai jamais ramené d’ami à la maison, je ne leur parle presque pas, je ne fais pas les études qu’ils auraient voulu, je m’enferme la plupart du temps dans ma chambre ou juste dans mes pensées quand ils sont là alors… Et puis ils ont toujours voulu plusieurs enfants. Mais ma mère a fait deux fausses couches, elle n’arrivait pas à tomber enceinte, et quand elle est enfin tombée enceinte de moi, elle a eu des complications. Donc tu vois, je ne suis pas vraiment celle qu’ils espéraient après tous ces tracas.

    -      -    Charlie. Tu es une fille géniale. Tes parents sont très fiers de toi, ils doivent juste être occupés.

    -      -    Si tu le dis. Donc vendredi soir on va ensemble chez moi et on te fait ton gâteau ?

    -      -    Ça me va ! Merci Cha.

    -      -    De rien Alex, souris-je.

    On continue à discuter, principalement de ses amis. Puis la sonnerie retentie. On finit nos boissons et on se sépare pour aller en cours. La semaine passe. Il fait encore très froid, mais il n’y a plus de verglas donc, plus de chute à déplorer pour ma part ! Nous sommes vendredi soir. J’attends Alex devant la fac. Il arrive mais il n’est pas seul. Il discute avec une fille. J’ai eu du mal à déglutir. Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Il a le droit d’avoir d’autre amis. Il lui fait la bise et se retourne. Il me sourit, ajuste son bonnet et vient à ma rencontre. Il m’attrape par l’épaule et on va chez moi. On pose nos affaires dans l’entrée, puis on file dans la cuisine. On cale son iPhone avec des livres et un saladier et on commence la vidéo après que je lui ai prêté un tablier. Je sors tous les ingrédients, et on commence à cuisiner.

     

    -      -    Ensuite, on ajoute 250 grammes de farine tamisée si possible et… AH !

    Je viens de me recevoir une poignée de farine dans la figure. Je m’essuie les yeux et regarde Alex qui est mort de rire.

    -      -    Parker, tu vas me le payer.

    Je saisis un œuf et lui explose sur les cheveux.

    -      -    Oh putain Van Caeneghem, viens là !

    Je commence à courir autour de la table en riant aux éclats. On court dans la maison avant de revenir, hilares et essoufflés, dans la cuisine.

    -      -    On a laissé tourner la vidéo ! me rendais-je compte en voyant la petite lumière rouge.

    -      -    Tant pis, ça fera un bêtisier !

    -      -    Je te hais. Aller, viens on continue.

    -      -    Attends, il faudrait nettoyer et nous nettoyer aussi !

    -      -    Pas le temps, je n’ai pas envie que mes parents nous voient filmer, je ne veux pas qu’ils soient au courant, pas tout de suite en tout cas.

    -      -    Ok ! On mettra une petite note expliquant que s’ils veulent savoir pourquoi on est dans cet état, ils devront rester jusqu’à la fin de la vidéo !

    -      -    T’es bête, aller, on en était où ?

    On termine la vidéo et le gâteau que l’on met à cuire. Je l’emmène ensuite dans la salle de bain du bas pour qu’il se lave les cheveux pendant que je me nettoie le visage au lavabo. Il explose de rire.

    -      -    Qu’est-ce qu’il y a ? dis-je en me retournant pour le voir la tête pleine de shampoing.

    -      -    J’adore quand on filme, pas toi ? Je veux dire, on s’éclate ! C’est génial ! Et j’espère que les gens qui nous regardent s’éclatent aussi.

    -      -    J’espère, avouais-je. Aller, rince ta chevelure, on va laver la cuisine.

    -      -    Tout de suite chef !

     

    Je rigole et on termine de se rendre présentable, puis on descend à la cuisine. Alors que j’ai presque fini de laver le plan de travail, j’entends la porte s’ouvrir. 

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique